Partir pour mieux revenir

Publié le par Maman Breizhou

Partir pour mieux revenir

Ça devenait dur.

Cette peau de maman commençait à m'étouffer.

2 ans et 3 mois que je couvais Poupette.

En 2 ans et 3 mois, je n'avais laissé Poupette du samedi au dimanche que 2 fois. La première fois elle avait 1 an et 2 mois, nous l'avions déposé chez mes parents le samedi midi et étions revenus le dimanche midi. La deuxième fois c'était il y a 1 mois, encore chez mes parents qui m'ont renvoyé chez moi le samedi soir sans Poupette pour que je me repose (donc non prévu). Nous sommes revenus la chercher le lendemain après la sieste.

Nous laissons Poupette le soir à la maison avec ma belle-mère qui vient la garder pour que nous puissions aller au cinéma, en soirée, etc. Au début nous partions quand elle était couchée et elle n'y voyait que du feu puisque le lendemain nous étions là pour nous occuper d'elle à son réveil. Petit à petit, nous avons commencé à partir avant le coucher puis avant le dîner en la laissant avec mamie qui s'occupe de lui donner à manger et de la coucher. Nous sommes toujours là le matin pour nous occuper d'elle. Ces petits moments font du bien et Poupette n'est pas désorientée.

Mais seulement pour la soirée et être quand même là le matin, il y avait comme un goût de trop peu.

C'est début avril que tout s'est déclenché. Il y avait l'anniversaire d'une de mes amies à Saint-Malo. Cela voulait dire en y allant qu'il fallait dormir sur place et donc ne pas être là au réveil de Poupette. Cela voulait dire laisser mamie s'occuper d'elle le matin. Poupette commence à être autonome et sait se faire comprendre. Je me suis donc dit "Go go go !". J'ai laissé Poupette à 17h avec mamie à la maison et suis partie direction l'océan (Jules lui avait un week-end avec des potes de son côté). Le bien fou !!! Avec mamie, ça s'est super bien passé. Et de mon côté, je suis revenue plusieurs années en arrière quand on faisait de grosses soirées régulièrement avec les copains. Nous n'étions que deux à avoir un enfant donc nous en avons très peu parlé. Je me suis laissée entraîner en boîte de nuit et nous sommes rentrés au lever du soleil. J'ai dormi à peine 3h. J'ai repoussé l'heure de rentrer le plus possible et suis partie de Saint-Malo à 18h. En arrivant, j'ai retrouvé mon Jules et ma Poupette tout heureuse de me voir. Mon corps était bien rentré, mais ma tête était encore là-bas. Ce bol d'air m'avait fait un bien fou et m'avait laissé comme un goût de trop peu.

J'étouffais dans mon corps de maman. J'avais besoin de redevenir moi et juste moi.

Les vacances sont arrivées et avec elles ma hantise de rester une semaine seule avec Poupette (Jules travaillait). Mon amie de Saint-Malo étant en congés le mardi et mercredi, je me suis dit que c'était l'occasion d'y retourner, sans Poupette. Mais pour ça il fallait la faire garder.

Les 3 premiers jours avec Poupette se sont bien passés. Le week-end nous avions des amis à la maison avec leur fils et le lundi nous avons fait de bonnes balades et du manège.

Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir
Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir

En balade

Pour mes deux jours à Saint-Malo, j'ai donc laissé Poupette à sa tata, la sœur de Jules. Elle l'avait déjà gardé une semaine pendant les vacances de février et s'en était très bien occupée. Elle venait à la maison le matin et repartait le soir. Mais cette fois, j'ai laissé Poupette chez elle, du mardi 14h au jeudi 16h. Deux jours et deux nuits.

Plusieurs sentiments se sont mélangés. J'étais contente de prendre du temps pour moi, j'avais peur que ça se passe mal, je m'en voulais de la laisser, j'ai commencé à culpabiliser. Mon cœur de maman était déchiré, mais ma tête était déjà au bord de la mer, tranquille. 24h j'avais déjà fait, mais 48h...

Je suis donc arrivée à 12h30 chez tata, j'ai eu un coup de stress parce qu'elle ne m'entendait pas sonner (finit le travail à 5h et du coup tellement fatiguée qu'elle n'entendait pas la sonnette) et je voyais déjà mes deux jours sans Poupette partir en fumée, tout s'est résolu et je suis donc partie à 14h, le cœur lourd mais l'esprit léger.

Ce qui a fini de me rassurer, ce sont les photos envoyées par tata de Poupette s'éclatant bien.

Partir pour mieux revenir
Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir

J'ai donc décompressé mardi avec mon amie, passé une bonne soirée avec ses amis, flâné tout le mercredi avec elle dans Intra Muros et au bord de la mer et vraiment, j'ai respiré.

Je suis partie le mercredi à 18h direction une réunion par chez moi puis suis rentrée chez moi retrouver Jules, sans Poupette.

Partir pour mieux revenir
Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir
Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir
Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir

Le jeudi j'ai pu glander devant la TV et rattraper mon retard sur des séries.

Je me suis sentie enfin moi, moi à part entière et pas seulement moi la maman.

Ce break m'a fait un bien fou.

Puis j'ai été récupérer Poupette vers 16h.

Nous avons profité de la fin des vacances ensemble pour jouer, se balader et glander un peu devant la TV. La maison de Mickey a toujours autant de succès et samedi, tellement fatiguée, j'ai mis Le Roi Lion, qui l'a intéressé le premier tiers du film.

Et bien que Poupette me fasse un peu payer cet abandon de deux jours, ça m'a fait du bien et m'a permis de revenir en pleine forme mentalement pour m'occuper d'elle au mieux.

Partir pour mieux revenir
Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir
Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir
Partir pour mieux revenirPartir pour mieux revenirPartir pour mieux revenir

C'est l'heure de la Mickey danse !

Publié dans maman, vie quotidienne

Commenter cet article

Cyrielle 20/04/2016 12:51

Je t'envie ! J'ai tellement de mal à laisser la mienne pour une journée, j'imagine pas la laisser une nuit... Mais je rêve d'une escapade en amoureux, sans enfant, sans horaire à respecter. Ça viendra j'espère !

Maman Breizhou 20/04/2016 13:15

J'ai mis du temps avant d'arriver à la laisser, mais ça fait tellement de bien.. Enfin pour moi.
La laisser pour une journée je suis habituée avec la nounou ;) Le plus dur est de faire confiance. J'ai attendu de vraiment ne plus en pouvoir pour la laisser, j'aurai du le faire avant d'en arriver à ce point.