Trop d'informations empêchent la spontanéité

Publié le par Maman Breizhou et sa Poupette

Trop d'informations empêchent la spontanéité

N'avez-vous pas cette impression de ne plus savoir quoi faire avec votre enfant ?

On discute beaucoup avec nounou. Poupette, c'est le 20ème enfant qu'elle garde. Elle en a vu passer des mômes, tous différents. Mais depuis 3 ans, elle a remarqué que les enfants qu'elle garde dorment moins qu'avant. Et cette nouvelle génération de bébé qui commence à rentrer à la maternelle n'y dort pas plus.

Mise en situation

Poupette, 9 mois, fait parti de ces enfants qui dorment peu, moins que les moyennes qu'on peut trouver. Si vous n'avez pas suivi ses aventures jusque là, elle dort entre 9h et 12h la nuit (ça dépend vraiment) et entre 30min et 4h la journée en siestes (quand elle dort 4h c'est qu'elle a du sommeil à récupérer donc tu imagines bien qu'elle n'a pas fait une nuit de 12h)... Grosso modo elle dort 13h en semaine et moins en ce moment le week-end car elle snob ses siestes...

Donc avec la nounou on a beaucoup discuté à ce sujet parce qu'on n'y comprend rien. Et on a peut-être mis le doigt sur quelque chose...

Il y a les parents qui ont une vie à 1000 à l'heure, qui sortent souvent le soir et qui partent beaucoup en week-end avec bébé. Bébé bouge donc beaucoup, est peu chez lui et n'a pas vraiment d'horaires fixes de dodo puisqu'il suit ses parents partout, peut commencer à dormir quelque part et finir ailleurs.

Il y a les parents, comme nous, qui ont une vie pépère et qui ont un peu changé leurs habitudes parce qu'ils sortaient (mais pas trop). A la base déjà, nous sortons peu, on préfère recevoir les copains à la maison ;) Depuis quelques temps, on ne sors déjà plus trop le soir en semaine. Plus jeunes Avant oui on sortait souvent le soir en semaine soit pour aller boire l'apéro chez les copains soit pour se faire un cinéma spontanément (ce qui n'est absolument plus possible aujourd'hui). Puis le temps passant, on est moins sorti en semaine parce que bosser le lendemain ça fait ch#er c'est dur quand on est sorti la veille et qu'on est rentré tard. Le week-end, on partait chez beau-papa en Normandie de temps en temps, on allait en soirée chez les copains. Avec Poupette, on part toujours en Normandie voir beau-papa/papy et quand on va chez les copains en soirée/au cinéma Poupette reste à la maison, gardée par sa mamie (bon pour le moment on part seulement une fois qu'elle est couchée). Et puis en semaine ou le week-end, on a parfois nos soirées sans l'autre (et dans ce cas-là c'est celui qui ne sort pas qui garde Poupette). Bref, Poupette a ses horaires de dodo et on s'y tient (le matin le week-end de toute façon on ne sort pas et on attend la fin de la sieste de l'après-midi pour sortir, le soir elle dort dans son lit couchée à la même heure tout le temps).

2 situations familiales différentes (il y en a d'autres mais je resterai sur ses 2 là) et pourtant dans les 2 cas nounou a constaté des problèmes de sommeil chez les enfants, qu'ils soient trimbalés partout tout le temps (elle en gardait un comme ça il y a peu qui tait rarement chez lui le week-end) ou qu'ils restent au calme pour dormir chez eux (comme Poupette).

Le moment où on s'est dit que trop d'informations tuent la spontanéité

Elle me dit qu'elle pense qu'aujourd'hui les parents se posent trop de questions et cherchent trop les réponses (sur le net ou autre), qu'à son époque on ne s'en posait pas autant et qu'elle n'a jamais eu de soucis avec ses enfants ou ceux qu'elle gardait.

Et là, on réfléchit.

Certes, on se pose beaucoup de questions et on cherche des réponses. Mais quelles réponses trouve-t-on ? Que ce soit auprès des professionnels (pédiatre, médecin, puéricultrice, sage-femme...), de l'entourage ou d'Internet, on trouve des tas et des tas de réponses qui se contredisent. Du coup, on reçoit beaucoup trop d'informations contradictoires et on n'écoute plus son enfant. On est jugé sans arrêt, peu importe la méthode appliquée, par ceux qui ne font pas comme ça. Du coup, on ne sait plus ce qu'il faut faire, ce qui est bon pour notre enfant qui finalement est différent de tous les autres. Enfin c'est comme ça que je le ressens.

Je l'exprime ainsi à nounou et elle me dit que j'ai peut-être raison, à force de nous donner des informations contradictoires pour une seule interrogation, on perd notre spontanéité. Ce n'est pas trop d'informations tuent l'information mais trop d'informations tuent la spontanéité. On fait en fonction de ce qu'on nous dit de faire mais plus en fonction de ce qu'on ressent et de ce que nous dit notre bébé.

Les informations contradictoires empêchant la spontanéité

Pour le sommeil, c'est bien simple, il y a deux écoles bien distinctes : ceux qui ne laissent pas pleurer bébé et ceux qui le laissent pleurer jusqu'à ce qu'il s'endorme (en revenant au bout de 5min, 10min puis 15min calmer bébé). J'ai essayé les deux (quand l'une n'a pas marché j'ai tenté l'autre puis est revenue sur la première...) et l'une ne marche pas mieux que l'autre. Je suis donc perdue, du coup Poupette doit le sentir et est perdue à son tour. Elle avait du mal à s'endormir pour les siestes en mai et juin, du coup j'ai tenté la méthode 5/10/15. J'avais trouvé l'info sur le net (et le médecin me l'a conseillé en juillet). Ca marchait, plus ou moins. Mais on m'a dit "Quelle horreur cette méthode, à ne surtout pas faire avec bébé !"... Heu... Ok... Alors je fais quoi ? On me dit qu'il faut répondre aux pleurs de bébé très vite et ne surtout pas attendre car un bébé ne pleure pas sans raison donc dès que Poupette se met à pleurer dans son lit j'y vais en moins d'une minute, je luis dit que je suis là, je lui remet sa tototte et son doudou. Et bien là c'est pire... Un week-end, j'en suis même venue à mélanger les deux méthodes tellement je ne savais plus comment faire pour qu'elle s'endorme (attention quand je mets Poupette au lit c'est parce que les signes de fatigue sont là). Bref, c'est le bo#del et je ne sais plus quoi faire. Je n'ai pas écouté ma Poupette et je ne sais donc plus de quoi elle a besoin.

Après il y a tant d'autres exemples, comme les écoles allaitement et les écoles non allaitement. Je ne voulais pas allaiter, mais alors vraiment pas. Pour moi c'était une certitude avant même de vouloir un enfant (pas parce que je ne trouve pas ça bien, c'est naturel mais je ne le sentais pas, ce n'était pas pour moi). A force d'entendre "Mais si il faut allaiter, c'est mieux pour bébé", j'ai craqué et me suis dit que j'allais quand même essayer. Quelle bêtise d'avoir écouté les autres plutôt que moi... Ca n'a pas marché, nos premières 24h ensemble n'ont pas été fantastiques du coup. Et j'ai des regrets. Mais je ne sais même plus pour quoi j'ai des regrets... Regret de ne pas avoir réussi à allaiter ? Regret d'avoir essayé alors que je ne voulais pas ? Je ne sais plus.

Et je pourrais continuer longtemps...

Vous en pensez quoi vous de tout ça ?

Publié dans réflexion

Commenter cet article

Claire 30/09/2014 08:42

Je pense que tu sens bien les choses, et pourtant, ta petite est si petite... Tu vas pouvoir commencer à faire comme tu veux / comme vous voulez toutes les deux... A te mettre, en effet, à l'écouter. Ce qui n'est pas magique, car décoder ce que veut un enfant, ou, du moins, ce dont il a besoin, c'est super dur...
Après, il me semble que l'essentiel, c'est d'être en accord avec soi-même. C'est notre enfant, notre éducation, c'est nous qui tenons le cap. Si nous faisons des erreurs, autant que ce soient les nôtres, nous les assumerons mieux.
Après, je trouve qu'avoir toutes ces sources d'info est précieux lorsqu'on est perdu. Comme une boîte à outil. A condition de ne choisir que ceux qui nous vont à nous, à notre enfant, notre famille, avec lesquels on se sent à l'aise, même si spontanément on n'y aurait pas pensé...
Bon courage!

Maman Breizhou et sa Poupette 30/09/2014 08:54

C'est vrai que décoder ce que veux son enfant n'est pas simple... Ce serait trop facile sinon ;)
Mais oui ces sources d'infos sont précieuses, c'est bien pour ça que j'ai cherché, ensuite il faut faire la part des choses et ce n'est pas simple :)
Merci pour ton commentaire :)

Bernieshoot 29/09/2014 07:05

Comme pour tout sujet difficile d'avoir sa propre opinion quand on découvre. Avoir la solution miracle qui ne l’a pas cherchée.
Quand bébé pleure, on culpabilise et les autres savent toujours mieux.
C'est ton bébé et tu fais ce qui te semble bon.

Maman Breizhou et sa Poupette 29/09/2014 07:14

C'est vrai que les autres savent toujours mieux, comme si tous les bébés étaient pareils ^^