Je veux pas dormir, je suis pas fatiguée

Publié le par Maman Breizhou

Je veux pas dormir, je suis pas fatiguée

Telle est la phrase récurrente de ma terrible two de fille.

Ma fille ne veut pas se coucher

J'ai voulu faire cet article il y a 2 mois déjà car Poupette avait retrouvé son calme et s'endormait rapidement, nous avions trouvé un truc pour qu'elle se couche sans faire d'histoire.

Et c'est là que ça a foiré.

C'était en avril/mai. Une fois au lit, elle réclamait sans cesse et sans cesse après nous, après moi. Je revenais x fois dans sa chambre. J'en venais à lui crier dessus. J'en suis venue à lui mettre une tape sur les fesses de colère.

Bouh pas bien c'est interdit c'est pas bienveillant mère indigne appelez les services sociaux... Je suis humaine, je ne suis qu'une simple femme, j'ai perdu mon sang froid de fatigue. Je ne l'ai pas tabassée non plus faut pas déconner. Et la couche a sûrement eu plus mal que ses fesses. Et moi mon cœur s'est déchiré quand elle a pleuré d’incompréhension. Et j'ai pleuré avec elle. Et je lui ai demandé 1000 fois pardon. Et nous nous sommes fait un câlin. Et elle a l'air de toujours m'aimer, dieu merci. Et puis elle s'en est pris une autre sur la cuisse une fois après. M'en fou, c'est pas interdit ;)

Pour le rituel du soir, c'est moi qui la couche, elle fait un bisou à son papa avant et nous montons toutes les deux. Mais elle crisait une fois dans son lit et pas moyen qu'elle s'endorme vite. Elle me rabâchait qu'elle n'avait pas envie de dormir. Ben voyons mademoiselle. Il est 20h30, tu te frottes les yeux, tu as une tête de déterré et tu n'es pas fatiguée ?

Nous avions trouvé le truc. Une fois que je sortais de la chambre, c'est papa qui venait à son tour lui faire un bisou bonne nuit. Et ça fonctionnait ! Un temps...

Donc la solution 1 pour que Poupette arrête son cirque une fois au lit était d'abord maman qui la couche avec un câlin (ou pas d'ailleurs...) puis papa qui vient prendre le relai. Et c'était bon. Quand je la mettais au lit, elle réclamait même "va chercher papa". C'était devenu un rituel. Elle s'endormait assez vite (avant 21h).

Et comme je le disais plus haut, ça a foiré.

Avec un enfant, il faut être rusé, changer de technique constamment, c'est un vrai boulot de management et de persévérance, de ténacité et d'endurance.

C'est fatiguant...

Nous étions le 19 mai quand c'est parti en cacahuètes.

Une fois couchée, Poupette papote. Bon, ce n'est pas très grave. Sauf quand elle papote encore à 22h... De temps en temps c'était des hurlements de colère, de cris "veux pas dormir !!!", de pleurs... De frappe psychologique quoi. Et quand elle ne faisait que papoter inlassablement jusque tard, je finissais par aller la voir pour lui dire stop mais c'était pire puisque après elle se mettait à hurler.

Même chez nounou ça dérapait. Elle qui y faisait si bien la sieste, elle a commencé à peu y dormir.

Quelques jours après le début du dérapage, j'ai traité Poupette contre les vers. Notre chat en avait eu alors je me suis dit que c'était peut-être ça. J'ai fait le super traitement, une pipette de Fluvermal matin et soir pendant 3 jours. Normalement le traitement préventif c'est une pipette tout de suite et une autre 15 jours après.

Je veux pas dormir, je suis pas fatiguée

Et avec ça, j'ai misé sur l'homéopathie avec du Quiétude que je n'avais jamais essayé. Poupette a déjà eu 2 fois un traitement prescrit par une homéopathe, la première fois à ses 9 mois ça avait marché (toujours pour les soucis avec le sommeil), là pas du tout. Et bien le Quiétude n'a pas mieux fonctionné.

Début juin, j'ai emmené Poupette chez l'ostéopathe. Il a trouvé qu'elle était un peu bloqué dans la nuque et dans le ventre (oui Poupette a aussi des soucis de constipation...). Il a remis tout ça et nous a conseillé de faire un tableau de suivi des dodos de Poupette.

Je veux pas dormir, je suis pas fatiguée

Il s'agit en fait de faire un tableau de semaines sur le mois et de dessiner le matin un soleil si Poupette a bien dormi, un nuage si elle a mal dormi. J'ai instauré le soleil nuageux quand elle a du mal à s'endormir volontairement mais qu'ensuite elle dort bien. Au départ je dessinais avec elle puis elle y a pris goût et réclamait de faire son dessin.

J'ai aussi fait le même tableau version état de la journée : bonhomme vert si elle a été sage (j'entends par là par de grosses crises), orange si la journée a été moyenne et rouge si elle a été insupportable. Elle a aussi pris goût à dessiner des bonhommes.

J'ai d'ailleurs remarqué que les rouges étaient le samedi, voir le dimanche (mais moins). En semaine chez nounou en général elle est mignonne.

Pour les nuits, au début nous avons eu pas mal de nuageux, puis ça s'est amélioré. En semaine, faisant une sieste chez nounou elle continuait de ne pas se laisser aller à dormir le soir mais le week-end, refusant de faire la sieste, elle s'endormait assez vite le soir. Nous avons cependant réussi à lui refaire faire la sieste sans crise le week-end.

Le 10 juin, à 22h30 elle hurlait toujours... J'ai essayé la manière douce, j'ai essayé de lui expliqué, je lui ai raconté une histoire inventée, je suis restée devant sa porte ouverte, je l'ai sortie du lit pour la mettre au coin (elle s'est vite calmée mais ne voulait pas partir du coin), j'ai crié, j'ai tenté d'être ferme... Et elle a continué... "Maman, veux pas dormir!"... Bon, ce jour là était un peu spécial (non ce n'est pas parce que c'était l'ouverture de l'Euro), je venais de la récupérer de deux nuits chez tata. Donc elle me l'a fait payer, même si ça s'est bien passé chez tata. Et je l'ai bien senti passer...

Suite à ces suites successives d'échec pour la faire dormir, j'ai suivi des conseils de mamans et nous lui avons enlevé les barreaux pour lui faire son lit de grande. Nous l'avons fait après sa sieste. Elle avait l'air surexcitée, très contente.

Je veux pas dormir, je suis pas fatiguée

Raté, le soir elle n'a pas voulu que je la couche dedans. Elle a demandé ses barreaux. Jules s'est exécuté. Et pendant qu'il les remettait, elle a pleuré parce qu'elle voulait son lit de grande. WHAT ?!!!

C'est là qu'elle a aussi commencé à être indécise, je veux, je veux pas, finalement je veux, et puis en fait je veux pas...

Je vous le redis, c'est épuisant d'être parent... ^^

Après plusieurs lectures par ci par là dont les commentaires laissés sur ma page Facebook, je pense que nous avions affaire à une angoisse de séparation au moment du coucher. Ce que nous faisons mal bien évidemment, c'est nous fâcher et finir par crier quand nous n'en pouvons plus.

J'ai trouvé sur mes nombreuses recherches sur le web un article qui m'a fait du bien sur le blog de Je suis papa : http://www.je-suis-papa.com/colere-enfant-fermete-assurance/

Il m'a fait prendre conscience d'une chose : ce n'est pas Poupette qui avait un problème mais moi. Oui, moi. Il avait le même problème, entre autres, et était allé voir un pédopsychiatre. J'ai donc tenté d'appliquer avec Poupette ce que le pédopsy lui a dit.

Je ne lui mettais pas de limites. Je me suis perdue dans l'éducation bienveillante et positive en ne voulant pas la brusquer. Lui parler gentiment ne suffisait pas. Revenir 100 fois ne suffisait pas. Lui refaire autant de câlins et de bisous que nécessaires ne suffisait pas. Ça ne l'empêchait pas de nous hurler "Veux pas dormir !" (traduisez "revenez ne me laissez pas!!!"). Alors nous nous énervions et nous hurlions aussi fort qu'elle "STOP ! C'EST L'HEURE DE DORMIR MAINTENANT !". Lol.

Cet article aussi m'a fait du bien : les enfants difficiles n'existent pas.

Je manquais d'assurance. Je ne savais pas être ferme. J'étais fatiguée. L'année précédente à la même période j'ai fait une petite dépression. Je ne voulais pas recommencé. Alors j'ai travaillé sur moi et j'ai arrêté de chercher ce que Poupette pouvait bien avoir puisque la cause c'était moi. Il fallait que je maîtrise mes émotions.

Au moment du coucher, je prends donc une voix ferme, pleine d'assurance (enfin c'est ce que j'espère faire). Au moment où je m'en vais et qu'elle m'appelle, je lui autorise encore une demande. En général, c'est un câlin. Alors je m'agenouille devant son lit à barreaux et la serre dans mes bras. Je ne la ressort pas du lit une fois qu'elle y est. Puis je lui dis fermement que maintenant je ne reviens plus, qu'il est l'heure pour Poupette de faire dodo et l'heure pour papa et maman de se reposer et de se retrouver tous les deux.

Quand j'ai pris conscience de ça, je l'ai immédiatement mis en application. C'était le 15 juin (presque 1 mois après le début des emmerdes) et en étant ferme et en ne lâchant rien, Poupette s'est endormie vers 21h15.

J'ai aussi mis en place le concept de "C'est qui qui commande ?". Ça marche plutôt bien. Je lui ai expliqué que si elle est une princesse, moi je suis donc la reine, et on obéit à la reine. Na.

Mais je ne crie plus. J'essaye d'avoir de la fermeté dans ma voix sans être méchante. Je lui montre qu'elle ne gagnera pas et que c'est pour son bien à elle. S'il le faut je fais les gros yeux. Je commence à maîtriser.

J'ai aussi investi dans l'horloge et la montre Madame Irma.

Je veux pas dormir, je suis pas fatiguée

Je trouve l'idée excellente. C'est plus simple pour Poupette de comprendre quand c'est l'heure. Plutôt que de dire "on mange dans 5 minutes" ou "c'est bientôt l'heure d'aller au dodo", ce qui n'a aucun sens pour elle, je lui montre l'horloge et lui dit que quand nous serons sur tel animal, ce sera l'heure de. Elle est un peu petite pour bien tout saisir, mais c'est une première approche du temps qui passe. Ça a d'ailleurs plutôt bien marcher sur un long trajet pour lui indiquer à quel moment nous allions arriver.

Donc depuis ma remise en question, les couchers de Poupette se passent nettement mieux. Il y a quelques ratés mais que voulez vous, tout n'est pas linéaire chez les enfants (ni chez les parents) !

Rendez-vous à la prochaine crise de Poupette ;)

Je veux pas dormir, je suis pas fatiguée

Publié dans sommeil, vie quotidienne

Commenter cet article

Kimie 10/08/2016 15:59

C'est super si tu as pu trouver d'où venait le problème ! J'aime beaucoup la montre, je ne connaissais pas, mais c'est une très bonne idée.
Chez nous, on a pas de souci pour aller au lit, sauf il y a 2 semaines où mes beaux-parents étaient à la maison. Elle a bien senti qu'il y avait du relâchement et plus de permissivité, et elle en a bien profité. J'avoue que pour ma part, j'en avais vraiment marre (et je pèse mes mots), car normalement, à partir de 20h30, c'est MA soirée, MON moment de calme... Je comprends combien tu dois être épuisée quand ta poupette ne veut pas se coucher...

Maman Breizhou 13/08/2016 09:04

Dès qu'ils sentent une brèche ils s'y engouffrent

Tonkin Voyage Vietnam 02/08/2016 05:41

Excellent article...
Jolie découverte que votre blog et je veux bien vous relire souvent.
Excellente journée!

Maman Breizhou 02/08/2016 08:52

Merci !

Cyrielle 19/07/2016 08:59

Exactement la même chose ici depuis quelques semaines alors qu'avant c'était une vraie marmotte, je vais tester tes conseils :-)

Maman Breizhou 19/07/2016 13:20

Tu me diras :)