Ma peine est immense... Mon être est meurtri...

Publié le par Maman Breizhou et sa Poupette

Ma peine est immense... Mon être est meurtri...

...

...

...

...

...

Je ne sais pas quoi dire.

Ou plutôt comment le dire.

Mais j'ai besoin que ça sorte.

#JeSuisCharlie

Comme tout le monde depuis hier, #JeSuisCharlie.

Hier, j'ai commencé ma journée par faire quelques achats sur Internet pour profiter des premières soldes.

J'ai eu ma maman au téléphone.

J'ai été au travail.

J'ai appris la nouvelle sur Facebook.

J'ai vu passer un premier article, je n'y ai pas vraiment prêté attention.

Puis mon père l'a partagé vers 13h, "L'horreur...".

Alors j'ai lu.

Et ensuite ça a été la déferlante de partages sur cette abomination.

Je suis restée scotchée hier soir devant les infos, à regarder impuissante toute l'horreur qui s'est déroulée en images, en vidéos, en hommages...

Je me suis sentie meurtrie toute la journée et toute la soirée. Je le suis encore aujourd'hui.

J'y pensais encore en me couchant.

Et pourtant, je n'ai jamais lu #CharlieHebdo.

Je connaissais le sdessinateurs de nom, peut-être que j'avais déjà vu passer quelques uns de leurs dessins.

Mais outre ces grands noms disparus, il y a eu d'autres innocents et des policiers.

Ça m'a retourné.

Peut-on encore appeler "être humain" une personne capable de tant d'ignominie ?

Au lit, nous avons discuté religion avec Jules. Nous sommes athées mais j'ai ma religion, celle de l'association dont je fais partie. Voici notre crédo :

Nous croyons :
Que la foi en Dieu* donne à la vie son véritable sens ;
Que la fraternité humaine transcende la souveraineté des nations ;
Que la liberté des individus et de l’entreprise assurera mieux la justice économique ;
Que l’autorité doit s’appuyer sur la loi et non sur l’arbitraire ;
Que la personne humaine est la plus précieuse des richesses ;
Que servir l’humanité constitue l’œuvre la plus noble d’une vie. »

JCI

*Ne pas y voir ici un Dieu en particulier, ce crédo a été écrit dans les années 40 aux États-Unis. Mais pour donner un sens à sa vie, il faut avoir la foi, peu importe en qui ou en quoi.

Je pense que, outre le fait que chaque religion a son propre Dieu, chaque religion a des croyances et un crédo propres à chacune qui sont très louables (j'ai une connaissance née chrétienne qui s'est convertie après 20 ans à l'Islam car elle était plus en accord avec le crédo des musulmans que celui de sa famille, et c'est très bien !).

Mais chaque Dieu a un point commun, il prône la paix et l'amour.

Alors pourquoi certains font la guerre ou tue au nom de Dieu ?

Ce que ces personnes ont fait au nom d'Allah... Ce Dieu doit se demander ce qu'il a bien pu faire pour que ces croyants dérivent autant. Moi, si j'étais lui, je ferai tomber la foudre sur ces types histoire de leur faire comprendre qu'on ne se dédouane pas de ses actes en disant qu'on le fait au nom de Dieu. Non mais. C'est trop facile.

Dieu est bon (enfin je crois, comme je l'ai dit je ne crois pas en Dieu), Dieu ne tue pas (bon ok sauf quand on est méchant là il nous noie sous le déluge... Alors là, il fou quoi Dieu ? Il ne trouve pas que la race humaine devient trop mauvaise ?).

Comment peut-on faire cela... Je suis perturbée car je n'arrive pas à trouver pourquoi.

Et puis, après avoir parlé religion, nous avons parlé de ce qui s'est passé et de ce qu'on pu ressentir les personnes qui ont été face à ces tueurs.

Que peut-on ressentir quand on voit la mort en face ?

Que peut-on ressentir quand on voit arriver des personnes cagoulées avec des kalachnikov braqués sur soi ?

J'imagine la femme qui a du faire le code pour qu'ils puissent entrer... Obligée de les faire entrer pour na pas mourir et se dire qu'ensuite il y aura quand même des morts. Se dire ouf je suis en vie mais... Ne sont-ils pas morts un peu à cause de moi ? C'est ce que je ressentirais si j'avais été à sa place. Mais j'aurai fait comme elle, j'aurai fait le code...

J'imagine les membres de la rédaction quand ces hommes sont entrés dans la salle de réunion et qu'il ont demandé "Où est Charb ?".

J'imagine ce qu'à pu ressentir Charb... Se dire que ça y est, tu vas mourir... Car c'est toi qui est visé, tu n'es pas un inconnu qui étais là au mauvais endroit au mauvais moment... C'est toi qu'ils cherchent... Avoir à peine quelques secondes pour le réaliser... A quoi peux-tu penser durant ce petit laps de temps ? Je crois que je verrais mentalement une dernière fois ma famille, mon Jules et ma Poupette réunis en une dernière photo de famille, je leur enverrai tout mon amour par la pensée, j'aurai à peine le temps de réaliser et de verser une petite larme car c'est la fin et... plus rien. Le néant.

Depuis hier, tout mon être pleure.

Tout ça me ramène au 12 septembre 2001... Je me revois assise sur un banc de la cour du lycée, il est midi, je n'ai pas cour et j'écoute la radio. Je suis meurtrie par ce qui s'est passé la veille. Je me revois pendant cette minute de silence mondiale suite à cet horrible attentat, seule sur mon banc dans la cour presque déserte, silencieuse et aucun son ne sortant de mon casque pendant une minute...

Rendez-vous à 12h, je pense que j'irai m'isoler pendant cette minute pour être dans le silence avec la radio allumée mais sans que personne ne diffuse de musique ni ne parle, silencieuse...

Ma peine est immense... Mon être est meurtri...

Je me joins au deuil national, toutes mes condoléances aux familles des assassinés...

  • Charb, de son vrai nom Stéphane Charbonnier, 47 ans, dessinateur, directeur de la publication de Charlie Hebdo.
  • Cabu, de son vrai nom Jean Cabut, 76 ans, dessinateur, pilier de Charlie Hebdo et du Canard enchaîné, ancien du journal Hara-Kiri, l'ancêtre de Charlie Hebdo.
  • Georges Wolinski, 80 ans, dessinateur , membre de la bande d'Hara-Kiri dans les années 1960 puis pilier de Charlie Hebdo.
  • Tignous, de son vrai nom Bernard Verlhac, 57 ans, dessinateur, pilier de Charlie Hebdo et de Fluide glacial.
  • Bernard Maris, alias « Oncle Bernard », 68 ans, économiste, chroniqueur à Charlie Hebdo et sur France Inter.
  • Philippe Honoré, dit "Honoré", 73 ans, dessinateur à Charlie Hebdo.
  • Michel Renaud, fondateur du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, ex-directeur de cabinet du maire de la capitale auvergnate.
  • Franck Brinsolaro, 49 ans, policier du service de la protection (SDLP), affecté à la protection de Charb.
  • Ahmed Merabet, 42 ans, policier, membre de la brigade VTT du commissariat du XIe arrondissement.
  • Mustapha Ourrad, correcteur.
  • Frédéric Boisseau, agent d'entretien.
  • Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse.

Publié dans réflexion, Jycomprendrien

Commenter cet article

maman de la Bouille 08/01/2015 15:39

#JeSuisCharlie

Bernieshoot 08/01/2015 15:08

RIP
#jesuischarlie