Le 13 novembre, journée de la gentillesse...

Publié le par Maman Breizhou

Le 13 novembre, journée de la gentillesse...

Des milliers/millions de messages, d'articles foisonnent déjà sur les attentats du 13 novembre 2015. Je n'écris pas nécessairement cet article pour être lue mais pour m'exprimer car je suis sous le choc. Si vous me lisez, je suis désolée cet article sera peut être un peu décousu.

J'ai peur. On nous dit qu'il ne faut pas avoir peur, mais comment faire ? J'ai peur.

Peur pour mes amis de Paris.

Peur pour les mamans parisiennes dont je suis le blog et auxquelles je me suis attachée.

Peur que ça s'étende dans d'autres villes.

Surtout, j'ai peur pour l'avenir de nos enfants, pour l'avenir de Poupette. Dans quel monde va-t-elle grandir ? Comment la préparer à ça ? Est-ce qu'on peut seulement les préparer à ça...

Il faut qu'on se mette ça une bonne fois pour toute dans la tête, nous sommes en guerre. Nos soldats sont partis en guerre en Syrie. Donc déjà nous sommes en guerre depuis un moment. Mais nous français n'étions pas encore directement attaqués. Donc nous n'y pensions pas.

J'ai pensé que les attentats de Charlie Hebdo étaient seulement une réponse face à leur une qui avait été mal prise. Ce n'était qu'un début.

Nous sommes en guerre car ces personnes sans humanité sont venues tuer des innocents. Ils n'ont pas tenté de tuer les gens au pouvoir qui décident d'envoyer les soldats en guerre. Ils ont choisi de tuer des français.

Au départ je n'ai pas compris. Jules me dit avant que j'aille me coucher qu'apparemment il se passe quelque chose à Paris et qu'ils vont en parler après le match qu'il regarde. Je vais alors sur internet, tape Paris sur Google et tombe sur des actualités qui parle d'une fusillade. Je ne comprends pas tout de suite l'ampleur du drame jusqu'à ce que je regarde l'édition spéciale à la TV et que j'entende le discours de notre Président. Etat d'urgence, fermeture des frontières...

Comment continuer à vivre normalement ? Aujourd'hui j'ai essayé. Pour Poupette. Nous avons été faire les courses. Je souriais un peu plus aux gens aujourd'hui. Je me demandais si parmi les clients il y en avait qui n'étaient pas au courant. Cet après-midi j'ai retrouvé des amis, nous avons fini par en parler un peu. Je sentais l'émotion dans la voix de mon amie quand elle en parlait.

Mon coeur est serré, j'ai une boule au ventre, je ne suis que peine.

Comment lundi aller au boulot comme si de rien n'était et reprendre mes projets en cours sans importance par rapport à ce qui se passe.

Ce qui arrive permet au moins de remettre nos problèmes à leur place. Mon travail me cause beaucoup de stress en ce moment, les travaux dans ma maison et les soucis que je rencontre avec les fenêtre me cause encore plus de stress et Poupette est en mode terrible two.

Mais franchement, qu'est-ce que je me prends la tête pour des choses insignifiantes par rapport à ce qui se passe. Pourquoi est-ce que je me rends malade pour ça ? Il y a pire qu'on me dit.

En effet, il y a pire. Il y a l'horreur de savoir que des gens sont morts sans aucune raison.

Pour le moment aucun de mes proches sur Paris n'a été victime de cet attentat. Mais les larmes coulent pour tous ces gens que je ne connais pas qui nous ont quitté, mon coeur se serre pour les proches des victimes. Je ne peux qu'imaginer leur incompréhension, leur douleur.

Ma Poupette, le monde va mal. Tu es trop petite pour comprendre, je rêve que lorsque tu pourras comprendre dans quelques années ce soit derrière nous car je veux te protéger de cet horreur aujourd'hui. Tu le liras bien assez tôt dans les livres d'histoire.

J'espère que nous sommes à l'abri dans notre campagne mais nous restons proche d'une grande ville qui peut être prise pour cible.

On dit qu'il ne faut pas avoir peur, qu'il faut continuer de vivre et de sortir. Mais comment oser sortir ? Pourquoi est-ce que la prochaine fois ce ne serait pas un supermarché pris pour cible en journée un samedi matin ?

Oui j'ai peur. Je ne devrais pas car ça veut dire qu'ils gagnent. Mais j'ai peur. Peur pour ma famille, peur pour mes amis, peur pour les français, peur pour notre pays, peur pour l'avenir.

Le 13 novembre, c'est la journée de la gentillesse.

Mais le 13 novembre 2015 tombait un vendredi. Vendredi 13... Déjà ça n'annonçait rien de bon.

Je pense qu'il va falloir changer la date de cette journée...

Publié dans reflexion

Commenter cet article

Bernieshoot 15/11/2015 11:59

nous resterons debout